Aujourd’hui, le chauffage représente la part la plus importante de la consommation énergétique des ménages suisses. Dans une démarche d'efficience énergétique, on se dirige de plus en plus vers une pompe à chaleur. Mais avant d'investir dans ce genre d'installation, il est important de bien comprendre le mécanisme qui se cache derrière et quels en sont les avantages et/ou les inconvénients.

UNE POMPE À CHALEUR, C’EST QUOI ?

Tout le monde ne possède pas une pompe à chaleur, par contre tout le monde sait ce qu'est un réfrigérateur. Et bien une pompe à chaleur c'est le même principe mais à l'envers.

Notre environnement, le sol, l’eau des nappes phréatiques, l’air qui nous entoure, stockent chaque jour l’énergie calorifique (chaleur) du soleil. La pompe à chaleur (PAC) permet de récupérer cette énergie gratuite et inépuisable. En effet, elle porte bien son nom puisque qu'elle pompe la chaleur extérieure pour la restituer à l'intérieur du bâtiment. Selon l'installation, il est également possible d'inverser le processus afin de l'utiliser comme climatiseur l'été.

 

UNE POMPE À CHALEUR, COMMENT ÇA MARCHE ?

Voici le fonctionnement en 4 étapes :

  1. Evaporateur : un fluide frigorigène (ou réfrigérant) capte les calories (chaleur) ambiantes dans l'environnement extérieur. Grâce à son point d'ébullition très bas (souvent inférieur à 0°C à pression atmosphérique), le fluide passe de l'état liquide à l'état gazeux.
  2. Compresseur : la vapeur ainsi obtenue passe ensuite dans un compresseur. Sous l'effet de la compression, la température de la vapeur augmente considérablement. (C'est le même principe que lorsque vous comprimez de l'air avec une pompe à vélo, ça chauffe !)
  3. Condenseur : Au niveau du condenseur, la vapeur transmet sa chaleur au système de circulation d'eau de l'installation de chauffage. En perdant de l'énergie, la vapeur se condense et redevient liquide.
  4. Détendeur : La pression retombe dans la soupape de détente et le liquide se refroidit. Un nouveau cycle peut reprendre…

Précisons que l'on ne peut pas qualifier l'énergie issue de la pompe à chaleur de 100% renouvelable car son fonctionnement nécessite 30% d'électricité. Tout dépend donc de l'origine de l'énergie que vous utilisez pour faire fonctionner votre pompe. Par exemple, si vous produisez votre électricité à l'aide de panneaux solaires par exemple, alors vous pourrez dire que vous vous chauffez à 100% avec de l'énergie renouvelable.

 

RENDEMENT

Le coefficient de performance (COP) vous permet de connaître l’efficacité de votre installation. Ce dernier permet d’établir un rapport entre l’énergie thermique restituée et l’énergie électrique consommée. Par exemple, avec un COP de 3, une pompe à chaleur qui consomme 1 kWh d'électricité produit 3 kWh de chauffage. Les bonnes pompes à chaleur ont un COP au moins supérieur à 3 (3.5 pour les versions air/eau et 4.5 pour les sol/eau).

 

LES DIFFÉRENTES POMPES À CHALEUR

Il existe trois grandes catégories de pompes à chaleur selon les milieux où est puisée la chaleur. 

PAC air/eau (aérothermie)

L’air extérieur est utilisée pour se chauffer, et cela même par -20° C !

Avantages : Installation simple et peu coûteuse, très bon rendement à la mi-saison, utilisable en appartement, silencieuse, permet de chauffer l'air et l'eau sanitaire, et dans certain cas de rafraîchir l'habitat.

Inconvénient : rendement mauvais par grand froid.

 

La pompe à chaleur eau/eau (hydrothermie)

La température de la nappe phréatique est constante et élevée toute l'année (entre 8°C et 12°C). Cette source convient donc parfaitement au chauffage par pompe à chaleur. Il est également possible de capter la chaleur des eaux de surface, telles que rivières, lacs, ruisseaux et eaux usées.

Avantages : bonne performance, permet de chauffer l'air et l'eau sanitaire, et dans certain cas de rafraîchir l'habitat.

Inconvénients : avoir un point d'eau à proximité, forage parfois coûteux, réglementation impliquant des démarches administratives.

 

PAC sol/eau (géothermie)

La chaleur de la terre est extraite via des capteurs horizontaux ou verticaux (sonde profonde de 50 à 300 mètres).

Avantages : bonne performance, technologie bien maîtrisée, permet de chauffer l'air et l'eau sanitaire, et dans certain cas de rafraîchir l'habitat.

Inconvénients : surcoût du forage.

 

 

 

 

Notez que le niveau sonore d'une pompe à chaleur peut varier de 24 à 50 dB.

Il dépend de différents critères :

  • de la puissance nécessaire pour chauffer votre habitat, 
  • du modèle (hydrothermie, aérothermie ou géothermie), 
  • et de la marque constructeur. 

LES AVANTAGES DE LA POMPE À CHALEUR

  • Ecologique : 70% de l'énergie consommée ne produit pas de gaz à effet de serre, c’est-à-dire aucune trace de CO, CO2, NOx, de suie ou d'imbrûlé…
  • Confortable : pas d’entretien (ramoneur), pas de révision de brûleur, pas de révision de citerne, pas de mise en conformité, pas de fumée, pas d’odeur, pas de poussière.
  • Pratique : une pompe à chaleur est très peu encombrante.
  • Economique : 70% de l'énergie utilisée pour alimenter une pompe à chaleur est gratuite. En comparaison d’une installation traditionnelle au mazout ou au gaz, votre consommation énergétique diminue et votre facture aussi.
  • Sûre : pas de risques d’accidents de transport, d’explosion ou de pollution.
  • Valorisation de votre habitat

 

Le sujet vous intéresse ? Ne manquez pas nos futurs articles : reportage sur l'installation d'une pompe à chaleur en juillet et témoignage d'utilisateurs en août 2014.

 

Vous envisagez d'installer une pompe à chaleur ? Contactez-nous !

Service clientèle au 0800 773 648 (appel gratuit), du lundi au vendredi, de 7h30 à 17h30

Par e-mail à l’adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Consultez notre fiche d'information ici.

 

 

 

Vous n'êtes pas encore membre DÉCLICS ? Enregistrez-vous vite. C'est gratuit ! Et abonnez-vous aux Actualités par email pour recevoir nos prochains articles.

Aimez la page Facebook de DÉCLICS et dialoguez avec nos experts en ligne!