En avril dernier, les élèves de Delhi sont venus passer quelques jours en Suisse auprès de leur correspondant. Le temps d’une matinée, l’équipe DÉCLICS s’est jointe aux deux classes dans le cadre de la visite de l’usine de valorisation thermique et électrique des déchets TRIDEL à Lausanne. Interview des élèves indiens.

Qu’avez-vous pensé de l’usine d’incinération des déchets TRIDEL ? Qu’est-ce qui vous a le plus impressionné ?

Cette visite a été très intéressante ! Suivre les différentes étapes de l’incinération des déchets et avoir une vision complète du processus ont été particulièrement enrichissants. Nous avons été impressionnés par le haut niveau technologique pour récupérer l’énergie et alimenter en électricité certains quartiers de la ville. La pince à déchets nous a également beaucoup surpris tout comme le fait que les déchets soient acheminés directement par train à l’intérieur du site !

Les déchets sont-ils les mêmes en Inde ? Comment les traitez-vous ?

En Inde, les déchets ne sont pas triés à la source. Ils sont mélangés dans un sac à ordure et jetés dans la rue. Les collecteurs de déchets viennent ensuite les récupérer pour les revendre ou les recycler. Certains déchets sont brûlés dans des décharges à ciel ouvert, ce qui crée de lourdes fumées polluantes. De plus, les centres de recyclage sont toujours pour une seule matière, par exemple un centre de recyclage de papier.

Quels sites suisses avez-vous visité ? Qu’est-ce qui vous a frappé ? Que retenez-vous ?

Nous avons visité la déchetterie du Tritout à Vicques et les ateliers Propul’s de Caritas à Delémont. La Suisse est un pays très propre et très organisé en matière de gestion durable des déchets. Nous avons été surpris par sa capacité à récupérer l’énergie des déchets.

Est-ce que ces visites vous ont donné envie de vous impliquer plus activement à votre retour en Inde ?

Oui, nous avons envie d’informer la population indienne des solutions mises en place en Suisse. Nous avons aussi envie d’utiliser la « fun theory » pour amener les concitoyens à changer leur regard et leur comportement. Nous pourrions déjà commencer par cesser de jeter les déchets dans la rue et les trier à la source ! Et en parallèle, créer des petits centres de recyclage pour tous les types de déchets.

Et vous Madame Fleury, êtes-vous satisfaite de ce programme d’échange ? Que pensez-vous que les élèves en retireront ?

Je suis très satisfaite de cette année d’échanges virtuels et physiques. Les deux voyages en Inde et en Suisse ont été une vraie « école de la vie », une confrontation aux différences culturelles. Ils ont suscité un grand nombre de questions et un positionnement face à nos propres valeurs suisses, indiennes et individuelles. Travailler sur le thème de la gestion durable des déchets a été un fil rouge pertinent. Nous sommes ravis du soutien de DÉCLICS qui nous a permis de vivre une journée passionnante et riche en apprentissage ! Merci !