Dès la tombée de la nuit, les éclairages nocturnes sont partout entraînant la disparition de la nuit noire. Les étoiles deviennent invisibles, les écosystèmes sont perturbés, sans oublier le gaspillage énergétique ou encore les conséquences sur notre santé.

 

Qu’est-ce que la pollution lumineuse ?

Il s’agit d’un excès de lumière extérieure nocturne néfaste pour la faune, la flore, les écosystèmes ainsi que pour la santé humaine. Bien qu’elle soit une forme de pollution moins nocive que les plus classiques (déchets, smog urbain, eaux souillées…), elle empêche l’obscurité souhaitable de la nuit. Ainsi, au crépuscule, d'innombrables sources de lumières artificielles (éclairage urbain, enseignes publicitaires, bureaux...) prennent le relais du soleil dans les villes et jusqu'au plus petit village.

 

Quelles sont les causes ?

Cette pollution provient principalement des grandes agglomérations urbaines des pays fortement industrialisés. L’usage abusif des lumières répond à un besoin de sécurité, de promotion commerciale et de mise en valeur des bâtiments. Elle s’explique également par notre mode de vie. Nous vivons de jour, comme de nuit et avons donc besoin d’être éclairé à tout moment. Cependant, nous assistons à un abus d’éclairage qui va bien au-delà du besoin d’être vu et de voir. De nombreux éclairages sont inutiles et mal utilisés. Telle qu’illustré par l’infographie ci-dessous, certains véhiculent de la lumière à 360° au lieu de la focaliser sur l’endroit à éclairer.

Pollution lumineuse

 

Quelles sont les conséquences sur la santé ?

La pollution lumineuse a un impact direct sur notre sommeil. Le corps produit une hormone appelée mélatonine qui contribue à la sensation de fatigue. Sa production est diminuée par l’exposition à la lumière artificielle et trouble ainsi le sommeil. En outre, selon un communiqué du ministère de l'écologie, la lumière artificielle pourrait être l’un des facteurs à l’origine de l’augmentation des cancers. En effet, la mélatonine permettrait de lutter contre les cellules cancéreuses.

 

Et sur la faune ?

La biodiversité est menacée par la pollution lumineuse en raison des effets sur l’horloge biologique, les rythmes naturels et les modes reproduction. Les espèces les plus touchées sont les chauves-souris, les reptiles, les oiseaux et les insectes. La luminosité artificielle est la principale cause de mortalité chez ces derniers.

 

Comment lutter contre cette pollution ?

Tout d’abord, chacun peu éteindre de manière systématique les lumières inutiles, par exemple en quittant une pièce ou la terrasse. Il existe, pour automatiser ce processus, des détecteurs de présence. Ensuite, il conviendrait d’éviter autant que possible de propager la lumière des maisons à l’extérieur. Pour cela, les rideaux et les volets sont simples à mettre en place et efficaces. Si vous avez des lampes à l’extérieur, évitez de les orienter vers le ciel.

Les agglomérations urbaines sont des environnements de lumières artificielles desquels il n’est plus possible de voir facilement les étoiles. On comprend dès lors pourquoi les observatoires sont installés dans des zones désertiques et loin de toutes activités humaines. Malgré le fait que la pollution lumineuse soit la conséquence de notre mode de vie, il existe différents moyens pour diminuer son impact sur la santé et l’environnement. Chacun peut donc contribuer à préserver le ciel étoilé, un patrimoine inestimable de notre univers.