Rouler pour recharger sa voiture électrique ? Cette idée futuriste ne l’est bientôt plus au Royaume-Uni. Au mois d’août dernier, le gouvernement britannique a annoncé vouloir tester un système de recharge par induction permettant de charger sa voiture électrique en roulant. Débutés en fin d’année, les essais dureront 18 mois.

Le marché des automobiles 100% électriques possède deux faiblesses majeures : l’autonomie et la recharge des batteries. En effet, il est encore compliqué de trouver une borne à laquelle recharger sa voiture et la capacité de stockage est encore insuffisante pour effectuer de longs trajets. Pour pallier à ces difficultés, le Royaume-Uni et l’entreprise Highways England, ont décidé de construire une portion d’autoroute capable de recharger des véhicules électriques pendant qu'ils roulent, grâce à un système d'induction.

Autoroute électrique

Un défi technologique

Le principe de la recharge est lié à l'électro-magnétisme. Des câbles enterrés sous la route produiront un champ magnétique transformé en énergie électrique via un capteur placé sous la voiture. Dès lors qu'une voiture électrique ou hybride rechargeable s'engage sur la voie dédiée, elle sera automatiquement reconnue et prise en charge.

 

Les ambitions du gouvernement britannique

Si l'étude testée en 2016 s'avère concluante, le pays pourrait se doter de ces autoroutes électriques. Dans le cas contraire, en cas d’abandon du projet, les autoroutes seront néanmoins équipées de bornes électriques tous les 30 km. Au final, le gouvernement a annoncé être prêt à consacrer « au moins 710 millions d'euros dans les cinq prochaines années afin de maintenir la Grande-Bretagne en pointe sur cette technologie, ce qui nous aidera à développer l'emploi et la croissance dans ce secteur » a déclaré Andrew Jones, le ministre britannique des Transports et des routes.

 

Et en Suisse ?

En 2014, 65'199 voitures électriques ont été immatriculées en Europe, dont 6400 en Suisse à fin septembre. C’est peu par rapport aux ventes d’automobiles traditionnelles mais ça représente toutefois une hausse de 65.4% pour les électriques et de 18,2% pour les hybrides par rapport à 2013. Pollution de l’air, améliorations touchant la technologie des batteries, mise en place de stations de recharge, baisse des prix de vente, tous ces facteurs donnent un coup de pouce à ce type de véhicules. Selon une étude d’Alpiq, 720 000 véhicules électriques ou hybrides rouleront en Suisse d’ici 2020, ce qui représente 15% du parc automobile du pays !