2012, c'est terminé. La page du calendrier est définivement tournée, la fin du monde n'a pas eu lieu, les repas festifs et autres galettes sont digérés, on peut donc se lancer sereinement aux bilans.

Avec le système de suivi de consommation proposé par Déclics, j'ai rassemblé toutes les données de ces dernières années concernant nos consommations d'eau et d'électricité. J'ai ensuite exporté les données dans mon tableur préféré, afin de créer des graphiques par années.

Le but était de vérifier si nos efforts pour limiter nos consommations avaient une réelle incidence.

Commençons par l'électricité :

De 2009 à 2011, les relevés sont très rares, car ils correspondent aux relevés bimestriels. Par contre, dès mars 2012, nous avons saisi presque chaque semaine notre consommation.

On remarque clairement qu'on consomme plus en hiver qu'en été. On pourrait imaginer que c'est à cause des jours plus courts et des besoins en éclairage accrus, mais, en fonction de mes relevés, c'est principalement notre pompe de circulation de chauffage qui est responsable.

Mais la courbe 2012 (en vert) est clairement en dessous de toutes celles des années précédentes ! C'est donc gagné : Les économies sont donc réelles. Le défi, c'est maintenant d'avoir la courbe 2013 en dessous de celle de 2012.

Maintenant, pour l'eau :

Les relevés de 2009 à 2011 étaient annuels : On n'a donc qu'une droite qui représente la moyenne annuelle. On peut cependant remarquer que, dès 2011, la consommation a baissé. Grâce à notre nouveau lave-linge ?

En semaine 29, on était en vacances. C'est visible ! 

Pour 2012 (la courbe verte), on voit une belle différence entre le premier et le second semestre : Ca coincide avec le changement de notre chasse d'eau. Plusieurs centaines de litres d'économisés par semaine !

Objectifs atteints, donc. Mais on peut faire mieux !

Une de mes frustrations actuelles est de ne pas pouvoir suivre ma consommation de mazout, parce-que ça représente quand même la plus grosse partie de la consommation énergétique de notre ménage. Mais nous ne sommes pas équipés pour ça. Et on hésite à installer un système de mesure parce que, tôt ou tard, on abandonnera le mazout pour une autre source d'énergie de chauffage...