Les citoyens suisses ont produit 6 millions de tonnes de déchets ménagers en 2014, ce qui représente, en moyenne, 730 kilos par personne ! Les emballages constituent un tiers de ce volume.

Bien que les Helvètes soient parmi les meilleurs élèves pour le recyclage - avec plus de 50% des déchets urbains revalorisés - cela n’empêche pas à l’autre moitié de finir dans l’incinérateur et de générer des polluants atmosphériques.

Dès lors, comment pouvons-nous limiter, voire supprimer les emballages ? Nous vous proposons de découvrir 10 astuces dans notre article. Vous souhaitez en savoir plus ? L’association Zero Waste Switzerland donne de nombreuses pistes pour réduire nos déchets et ainsi minimiser notre empreinte écologique.

Vous êtes prêts à remettre en question, durant une semaine, votre mode de consommation ? A prêter une attention particulière aux emballages lors de vos achats ? Inscrivez-vous dès maintenant pour prendre part à ce défi et gagnez un bon d’une valeur de CHF 100.- dans le magasin en vrac « Chez Mamie » le plus proche de chez vous.

Comment participer?

Cliquez sur le bouton "Participer" ci-dessous. Si vous êtes tiré au sort, vous recevrez un kit pour vous aider à relever ce défi. Ce dernier se tient sur une semaine et consiste à diminuer votre quantité de déchets ménagers. Il vous sera également demandé de nous livrer vos conseils et astuces. Au terme de la semaine, envoyez-nous votre témoignage en y joignant photos et/ou vidéos et recevez votre carte cadeau de CHF 100.- !

Tirage au sort vendredi 17 mars 2017 à 14h00. Bonne chance !

Le témoignage

Ménage : une personne

Lieu : Aigle (VD)

 

Une écolo cachée en moi

Depuis toujours, je suis très attentive au tri et au recyclage des déchets. J'aime la nature et souhaite un monde plus propre pour demain.

Comme j'aime à le dire : chaque goutte compte pour former un océan.

Généralement, quand je pars faire les courses, je ne prends que des cabas que j'ai déjà chez moi et si possible, ceux qui sont réutilisables. Quelquefois même, je prends mon ancien sac d'école qui est très pratique et moins lourd à porter !

Ayant une double-nationalité Suisse/Italienne, je me permets de comparer. Je trouve que l'Italie est en avance sur nous pour certaines choses, mais en retard pour d'autres. Par exemple là-bas, les sacs payants à la caisse sont biodégradables et ce, partout, dans tous les magasins... Par contre, ils utilisent toujours les gants en plastique à usage unique dans les rayons boulangerie, fruits et légumes. En général, je prends avec les mains... On ne va pas se gêner d'être éco-conscients tout de même... Et si l'on me fait une remarque, je sors des arguments qui font souvent l'unanimité.

 

Premiers abords de ma nouvelle résolution

Concernant cette semaine de limitation des emballages, j'ai tout d'abord été étonnée en ouvrant le colis du kit que vous m'avez envoyé de voir que les deux conteneurs en plastique étaient eux-mêmes emballés dans un film plastique. C'était un peu illogique vu l'idée première du défi.

Ensuite, je fais toujours très attention aux emballages en règle générale... Dans 70% des cas, j'achète des produits emballés dans du carton (recyclable). Ceci dit, bien souvent ce sont les cartons qui cachent un contenant en plastique (exemple : diverses marques de céréales sucrées).

Mon but ultime était donc de limiter ces 30 derniers pour-cent d'emballages plastiques.

 

 

Prise de conscience

Grâce à vos sacs en tissu, j'ai pu limiter l'utilisation des sachets plastiques fournis en magasin et qui passent directement à la poubelle quelques minutes après avoir vidé le sac à commissions. De plus, les gens me regardaient un peu étonnés de voir des sacs en tissu la plupart du temps et je pense que ça peut marquer certaines personnes de façon très positive. J'ai quand même remarqué que certains légumes ont beau être estampillés bio, ça ne les empêche pas de suremballer ces légumes. Comme par exemple les courgettes, alors que normalement elles se pèlent avant d'être consommées. Concernant le chou-fleur, on peut quand même se poser la question du film plastique car ce légume ne se pèle pas contrairement à la courgette... Mais, peut-être que la cuisson enlève les saletés de la surface, dans ce cas le film plastique pourrait donc être négligé.

En outre, à la réception de votre colis, cela faisait déjà une semaine que j'avais décidé de tenter l'expérience du végétarisme. Pas de risque donc de me retrouver encombrée de barquettes en mousse et de films plastiques qui emballent ces morceaux de viande...

Au cours de la semaine, j'ai réalisé que mon tube d"aromat" était presque vide. En magasin j'ai d'abord vu les tubes neufs puis, plus discrets (et moins chers), des trio-packs de sachets de recharge ! Cela m'a donc évité d'acheter un nouveau tube qui fait plus de déchets et qui, de plus, prend plus de place dans la poubelle que des sachets en papier. Ensuite, il a suffit de gestes simples, comme acheter les oeufs en boîte cartonnée au lieu de la boîte en plastique transparent... Même si le plus simple reste encore d'avoir des poules chez soi ou d'avoir sa propre boîte style Tupperware pour les oeufs (achat unique, bonne durée de vie...).

Ou encore, éviter les biscuits en barquette plastique pour les remplacer par du vrac.

 

 

Une semaine décisive

Pour conclure, j'ai appris plus de choses en une semaine de défi qu'en lisant tout et n'importe quoi sur internet, des forums de discussion ou des magazines sans vraiment agir... En résumé, la mise en pratique directe reste pour moi la meilleure façon de prendre conscience du tas de déchets d'emballages que nous amassons chaque jour, semaine et année. Les chiffres, c'est bien beau, mais le résultat pratique est tout de même plus impressionnant.

Merci à Déclics pour ce défi et son chouette envoi pour une meilleure mise en œuvre...

 

 

 

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet