Que ce soit au bureau ou à la maison, vous avez besoin de vous éclairer, vous chauffer, vous équiper... Bref, vous avez besoin de matières premières et d’énergie ! Chaque jour, vous passez entre huit et dix heures sur votre lieu de travail et effectuez différentes actions qui ne sont pas sans conséquences pour notre environnement. A la maison, vous avez déjà adopté des gestes pour économiser de l’énergie et les ressources de notre planète. Qu’en est-il sur votre lieu de travail ? Au bureau, agissons comme à la maison !

Vous êtes motivés à mettre en place, durant une semaine, des éco-gestes ? A les partager avec vos collègues ? A tenter de réduire votre consommation d’énergie au bureau ? Découvrez nos 10 façons d'économiser de l'énergie.

Inscrivez-vous dès maintenant pour prendre part à ce défi et gagnez des lunch box composés de produits sains et locaux livrés à votre bureau, et pour toute votre équipe ! (max. 10 collaborateurs)

Comment participer ?

Cliquez sur le bouton « Participer » ci-dessous. Si vous êtes tirés au sort, vous aurez une semaine pour relever le défi et nous faire part de votre témoignage en y joignant photos et/ou vidéos (Quels éco-gestes avez-vous adoptés durant cette semaine ? Lesquels pourriez-vous encore facilement mettre en place ? Quelles seraient les améliorations possibles au sein de votre entreprise ? Etc…)

Tirage au sort mardi 18 avril à 14h00. Bonne chance !

Le témoignage

Bureau : trois personnes

Lieu : Estavayer-le-Lac (FR)

 

Dans le cadre des économies d'énergie au quotidien, plusieurs gestes doivent devenir automatiques. Pour cela il s'agit de les répéter plusieurs fois avec conscience afin qu'ils deviennent, à la longue, automatiques. J'ai classé ces gestes dans 2 catégories distinctes :

  • les gestes d'économie directe
  • les gestes d'économie indirecte (énergie grise)

Il y a plusieurs années déjà que j'ai pris conscience que nous ne pouvons pas continuer cette croissance de la consommation sans nous en inquiéter. Néanmoins il me reste encore de vieilles habitudes à corriger. J'ai profité de cette semaine de défis pour y remédier. En voici la substance.

 

Gestes d'économie directe

1. Les objets connectés

Beaucoup d'objets sont aujourd'hui connectés (montres, tablettes, oreillettes, smartphones,...). Mais nous oublions qu'ils ont aussi besoin d'énergie pour fonctionner. L'erreur que je fais est de laisser l'appareil branché à son chargeur alors que la batterie est déjà chargée à 100%. Malgré l'avancée de la technologie, un chargeur consomme encore de l'énergie même si l'appareil est chargé à 100%. Il est donc nécessaire de le débrancher après la charge et de l'éteindre complètement si nous ne l'utilisons pas immédiatement. Il ne faut pas oublier que les appareils branchés aux ports USB d'un ordinateur consomment également de l'énergie.

  

 

2. L'imprimante du service

Il y a quelques mesures que nous avons déjà prises. Premièrement la meilleure mesure d'économie est de ne pas imprimer inutilement. Il est possible de supprimer plus de 50% des impressions simplement en se posant la question: est-ce que je dois vraiment avoir un support papier ? J'ai vu des gens imprimer des mails uniquement pour les lire et ensuite jeter la feuille ! Enfin, l'imprimante est configurée par défaut en recto-verso et en noir. S'il y a besoin de la couleur, cela doit être un geste volontaire (le 95% des impressions suffisent largement en noir, c’est une question d’habitude).

3. Les écrans d'ordinateurs

Il faut éviter les soi-disant "économiseurs" d'écran qui montrent des images animées et psychédéliques ! Ceux-ci font travailler le processeur et cela augmente la consommation du PC plutôt que de la diminuer. La meilleure solution est la mise en veille complète de l'écran (écran noir). J'ai également pris l'habitude d'éteindre complètement l'écran lorsque je quitte le bureau pour les pauses. Cela prend deux secondes. Même si les écrans consomment très peu en mode veille, il faut voir cette consommation dans son ensemble.

 

Gestes d'économie indirecte (énergie grise)

1. Les mails

La plupart des utilisateurs n'ont pas conscience de l'énergie grise utilisée au quotidien. J'essaie de faire prendre conscience de cela à mes apprentis et collègues. Un éco-geste est aussi le fait d’impliquer ses apprentis à la recherche de solutions dans les domaines de l’écologie. C’est pour cela que Rémy, apprenti informaticien de 1ère année, a fait la recherche du coût des mails (voir section « Le saviez-vous ? » en fin d'article). Le résultat n’est pas forcément exact scientifiquement mais le seul fait d’avoir cherché l’information a provoqué un grand étonnement et cette information ne tardera pas à circuler.

Envoyer des mails n'est donc pas gratuit et consomme de l'énergie. La face cachée des mails sont le stockage ainsi que leur transfert. Plus nous envoyons de mails (parfois inutilement), plus nous faisons augmenter le besoin en place disques, donc en énergie. Je demande à ce qu'on réfléchisse à deux fois avant de faire un mailing de grande envergure et à ce qu’on favorise le ciblage des destinataires. J'ai ajouté également une petite phrase à ma signature incitant à ne pas imprimer ou stocker inutilement le mail si cela n'est pas absolument nécessaire :

SVP pensez à votre responsabilité environnementale avant d'imprimer cet e-mail Please consider your environmental responsibility before printing this e-mail

J’associe également aux mails les messages à rebond sur les réseaux sociaux. Chaque message coûte en énergie. Faisons un petit calcul simple d'un message envoyé en demandant de le renvoyer à 5 amis. Si chaque personne qui reçoit le message le fait suivre à 5 autres personnes, et ainsi de suite, le message aura été envoyé plus de 9 millions de fois après 10 rebonds seulement ! Dès lors, on s’imagine très bien la quantité de CO2 dégagée par ce genre de comportement !

 

2. Les fichiers

Après une analyse des données enregistrées sur nos serveurs, je constate que 60% des fichiers ont plus de 2 ans. J'ai demandé aux utilisateurs de prendre un moment pour éliminer de leurs répertoires tous les fichiers inutiles, obsolètes et tous les fichiers qui ont été copiés chez un collègue et qui se retrouvent à double, et même plus, dans l'espace disque du réseau. Pour cette dernière catégorie, il est facile de se concerter entre collègues pour créer un répertoire « commun » et d'y mettre les fichiers devant être vus par plusieurs personnes.

3. La climatisation

La "tradition" voulait que la température d'un centre de calcul soit de 20° au maximum. Cela n'est plus forcément valable partout. De notre côté, nous avons élevé la température à 25° car les serveurs et autres appareils fonctionnent et vieillissent très bien à cette température. Le delta de 5° influence de manière très significative la diminution de la consommation d'énergie.

4. Les repas au restaurant d'entreprise

La trop grande consommation de viande cause un gaspillage d'énergie (eau, électricité...). Ceci est un autre débat, mais j'incite régulièrement mes collègues à prendre le plat végétarien car il est moins énergivore. Pour rappel, il faut 15'000 litres d'eau pour faire 1 kg de viande de bœuf.

5. La bouteille d'eau

J'ai remplacé l'utilisation de multiples gobelets journaliers par une bouteille en PET recyclée. J'économise de ce fait 3 à 4 gobelets par jour. L’emploi d’une bouteille en verre serait encore mieux.

 

En conclusion

Faire des « éco-gestes » demande une certaine routine. Il faut parfois se faire violence et se forcer à faire les gestes justes et, au fil du temps, ceux-ci deviennent automatiques. C’est pour cela que j’encourage tous les parents à apprendre à leurs enfants des gestes simples afin qu’en grandissant, cela devienne pour eux une évidence d’économiser l’énergie.

Le plus difficile est de faire passer le message et que celui-ci soit accepté et réalisé. L’économie d’énergie n’est malheureusement pas le souci de tout le monde. Lorsque nous ne payons pas l’énergie que nous utilisons sur notre place de travail, nous ne nous sentons pas forcément concernés.

Pour terminer, voici mon avis quant à la stratégie énergétique :

La véritable solution à l’autonomie énergétique de notre pays n’est pas seulement de chercher comment produire plus (+) d’électricité, mais de prendre conscience que nous consommons trop et inutilement. Les « éco-gestes » ne doivent pas seulement se limiter aux modestes gens mais aussi aux commerces et industries peu scrupuleux de leur consommation abusive.

 

Le saviez-vous ? : Par Rémy, apprenti informaticien de 1ère année

Le prix d’un e-mail est variable selon plusieurs critères, mais il oscille généralement autour des 0.0011Frs (routage inclus). Sachant qu’il y a plus de 10 milliards de mails qui sont envoyés chaque heure dans le monde, cela nous donne une somme d’environ CHF 264'000’000 dépensée pour les e-mails chaque jour dans le monde. Autre fait intéressant, l’envoi d’un e-mail cause une émission de 19 grammes de CO, soit 4'560'000 tonnes de CO2 émis chaque jour à cause des e-mails.

Sources :

 

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet