Situé à Bourg-St-Pierre, le lac des Toules devrait accueillir le premier parc solaire flottant de démonstration dès l'été 2019. Si les résultats obtenus sont favorables, un parc d'envergure pourrait voir le jour entre 2020 et 2021. Il devrait permettre de produire près de 23 millions de kilowattheures par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle de plus de 6'400 ménages. Rencontre avec le chef de projet, Monsieur Guillaume Fuchs.

Quand a débuté ce projet ?

En août 2013 avec l’installation d’une structure pilote à proximité du lac sur une surface de 60 m2. Elle a permis de tester différents types de panneaux solaires et leur inclinaison. Selon les études déjà réalisées, ce parc solaire devrait produire jusqu’à 50% d’énergie en plus qu’un parc de mêmes dimensions situé en plaine, la réflexion de la lumière sur la neige augmentant le rendement des panneaux solaires.

Quel est le plus grand défi ?

L’installation étant située à 1'810 mètres d’altitude, elle sera confrontée à des conditions extrêmes telles que la neige (jusqu’à 50 cm avant évacuation), les variations de températures (de -40°C à +30°C) ou encore la vitesse du vent (120 km/h).

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

En septembre 2017, nous avons obtenu le permis de construire du parc solaire flottant dit de démonstration, composé d’un tapis de 36 flotteurs accueillant 2'240 m2 de panneaux solaires. Malheureusement, au vu des conditions actuelles du marché de l’énergie, et dans l’attente de l’obtention du Système de Rétribution de l’Injection (SRI) de la Confédération, sa construction ne pourra pas débuter cette année.

Ce projet est-il toujours d’actualité ?

Oui, bien sûr ! Nous évaluons actuellement plusieurs alternatives de financement ainsi qu’un modèle qui permettrait la vente directe de l’énergie produite. Ces options seraient mises en œuvre dans le cas où le projet venait à ne pas obtenir le SRI. Nous espérons débuter la construction du parc de démonstration en 2019.