Notre société, du fait des évolutions de nos modes de vie, consomme toujours plus d’énergie. Pour assurer sa disponibilité quelle que soit la période de la journée ou de l’année, le réseau électrique a pour mission première d’acheminer l’électricité depuis les grosses sources de production d’énergie vers le consommateur.

Mais pour améliorer l’agilité du réseau et limiter les pertes sur les kilomètres de lignes nécessaires pour couvrir le territoire, des productions locales de petite taille ont vu le jour. Les centrales solaires photovoltaïques en sont un bon exemple car elles permettent à chacun de disposer d’une mini-centrale sur son toit, générant une énergie propre et consommable localement et immédiatement. Le consommateur peut la stocker et même en faire bénéficier les autres grâce à une revente du surplus produit sur le réseau global.

Nous pouvons aujourd’hui aller encore plus loin, et mettre en place un réseau de quartier, pour partager cette énergie locale : le microgrid.

Un microgrid, c’est quoi ?

Le microgrid intervient à la plus petite échelle du réseau, l’échelle locale. Il permet de lier les micro-productions au réseau intelligent global. Un microgrid est avant tout un réseau électrique de petite taille, relié en un seul point au réseau principal. L’énergie produite localement peut être utilisée et stockée par les consommateurs reliés, indépendamment du réseau principal, mais celui-ci reste indispensable pour garantir la sécurité d’approvisionnement.

Un microgrid, c’est pour qui ?

Toutes les communautés qui souhaitent avoir une indépendance énergétique sans pour autant être coupées du réseau principal sont concernées. Cela va du quartier d’habitation à la zone industrielle en passant par le campus universitaire ou l’hôpital périurbain, par exemple.

Un microgrid, à quoi ça sert ?

L’objectif principal de ce réseau est de garantir une électricité locale, fiable, abordable et communautaire. Il contribue à réduire l’empreinte carbone de la communauté grâce à l’intégration des énergies renouvelables à une échelle locale. De plus, le microgrid, s’il est piloté avec des outils de gestion performants, permet de consommer mieux avec moins d’énergie. Selon la consommation instantanée sur le réseau, le fonctionnement de certains équipements peut être différé à un moment où l’énergie est plus disponible et plus verte. Enfin, si la consommation cumulée des ménages reliés par un microgrid est supérieure à 100'000 kWh par an, alors la communauté devient éligible pour passer sur le marché libéralisé de l’électricité, et donc bénéficier de tarifs plus bas dans les cas où elle doit utiliser l’énergie du réseau principal.

En conclusion

Le microgrid est en passe de devenir un élément incontournable du réseau électrique. La multiplication des micro-centrales de production va de pair avec une connectivité accrue des flux d’électricité, une gestion en temps réel des besoins de chacun, et donc une optimisation de la production d’énergie et de l’efficacité énergétique sur le territoire. De fait, un élément incontournable de la Stratégie énergétique 2050 !